#Foodtrotter – Noam Ango’t Skor du Cambodge par Sarah du blog Les Formosa Voyagent

Encore une magnifique étape cette semaine, qui nous fait changer de continent, traverser de nombreux fuseaux horaires et rejoindre une nouvelle contrée Asiatique. La nouvelle destination #Foodtrotter vous est présentée par Sarah du blog Les Formosa Voyagent. Cette expérience nous permet de partir cette fois-ci en famille découvrir le Cambodge.

L’interview FoodTrotter 

Bonjour, pourrais tu te présenter en quelques mots ? 

Bonjour les voyageurs, Je suis Sarah, Manager de Bonn’heures, infirmière hypnotharapeute passionnée de voyage. Ayant trouvée mon bien être et ma ressource exutoire à travers le monde…

Depuis le Sud de la France, dans le Var précisément où j’habite, je pars, en famille, explorer le monde, depuis plus de 10 ans maintenant. Ces voyages, que je prends grand plaisir à organiser, m’ont permis durant mon exercice d’infirmière à tenir le cap : aussi bien dans leur réalisation que dans leur préparation. J’avais un métier où j’étais confrontée à de dure réalité de la vie me rappelant quotidiennement qu’il faut en profiter maintenant et pas dans 20 ans 😉.

C’est ainsi que je suis devenue addicte au voyage, j’envisage même de devenir nomade. J’ai alors pris, depuis un an, un tournant dans ma vie professionnelle, pour accompagner les personnes overbookées à prendre soin d’eux Maintenant et en Voyageant.

Une sorte de compromis entre mon métier d’infirmière et d’addicte au voyage qui me permet de prendre soin des personnes autrement, en partageant toutes mes connaissances et expériences, en y ajoutant même des outils d’hypnose pour un voyage Topissime, tu me retrouveras sur les réseaux sous le nom “Les Formosa Voyagent”. Je te propose même une possibilité de voyager depuis ton salon et profiter de ta destination avant même de partir.

Les Formosa Voyagent
Les Formosa Voyagent

Quelle destination veux tu nous faire découvrir aujourd’hui ? 

L’Asie est pour moi source d’inspiration et un pays où le respect et la zenitude règnent. C’est vraiment un lieu du monde ressourçant où personne reste insensible à sa culture, ses paysages, son peuple… C’est un vrai plaisir d’y découvrir chaque pays.

A chaque retour de cette destination c’est un choc des cultures avec notre fonctionnement Européen aux antipodes. Alors, aujourd’hui j’ai plus particulièrement envie de vous partager celui qui m’attire le plus : le Cambodge où l’authenticité des lieux et de son peuple, encore meurtrie par la guerre des Khmers Rouges, en fait un lieu unique et exotique.

Cambodge
Cambodge

Depuis combien de temps connais tu le Cambodge ? 

J’ai découvert le Cambodge il y a 5 ans, j’ai tellement aimé que j’envisage d’y retourner y poser mes valises un temps de ma vie. Nous avions pris plaisir à découvrir la fameuse cité d’Angkor et ses temples remarquables, mais aussi à explorer le Sud du pays qui fut une belle découverte agricole, culinaire et écologique. 

Quelle recette locale aimes tu recommander aux personnes qui découvrent le Cambodge pour la première fois ? 

La cuisine du pays est sous l’influence d’un croisement de Thaïlande, Vietnam et France, ce qui donne un mélange des cuisines très réussis. Le plat typique et le plus populaire est le Amok, et j’ai adoré ça, car l’avantage de ce plat est qu’il se décline en poulet, poisson ou crevette cuit soit à la vapeur, en wok, ou au four.

Il s’agit d’une sauce à base de lait de coco cuisinée avec de la citronnelle, du galanga, de l’échalote et des feuilles de citron (kaffir). Auxquels s’ajoutent choux chinois, et feuilles d’épinards assaisonnés de poivre, nuoc nam (praoc nam au Cambodge), piment et cacahuètes. Pour, en touche finale, être servi dans une feuille de banane et accompagné de riz. Un bon plat rassasiant aux saveurs locales et goûteuses.

Quelle recette as tu faites ou as tu goûtée qui t’a donné le plus de fil à retordre ?

Lors de notre voyage nous étions en famille avec nos cousins de Marseille : 9 voyageurs au total… et nous sommes unanimes sur notre préférence culinaire. Lors de notre passage à Kampot, nous avons dégusté la spécialité du coin : le crabe au poivre vert frais… un délice…

Le poivre vert frais de Kampot (le meilleur au monde) fut un vrai plaisir pour nos papilles qui s’en souviennent encore… Inévitablement il est impossible d’avoir ces ingrédients chez nous car le temps qu’ils arrivent la fraîcheur à disparue et ça change tout : alors en route pour le Cambodge les amis voyageurs…

Quel ingrédient magique ramènerais tu dans ta valise en rentrant en France ?  

Sans hésiter, les épices et plus particulièrement : Le poivre de Kampot. Au delà de la découverte culinaire, ce fut un vrai plaisir de visiter la ferme de Kampot “Sothy’s Pepper Farm”, au milieu des lianes de poivre nous avons approfondi nos connaissances sur cette fameuse épice, mais surtout leur fonction éco responsable. Et à défaut de pouvoir le ramener vert et frais, nous l’avons ramené sec pour continuer de voyager lors de nos repas en France.

Sothy's Pepper Farm
Sothy’s Pepper Farm

Quel produit typique aimerais tu présenter à nos lecteurs et qu’est ce qu’il évoque pour toi ? 

J’ai très envie de vous partager mon grand plaisir gustatif, rien que d’y penser j’en salive… Il est typique sans l’être, car c’est un fruit tropical donc tu le retrouves dans d’autres pays. Mais c’est pour moi un inévitable de la destination. Tu le retrouves facilement un peu partout dans le pays pour te désaltérer, et te rassasier également.

Il s’agit de la fresh coconut, cette noix de coco comme nous ne la connaissons pas chez nous. Cueilli fraîchement, elle est donc verte et plus que juteuse. C’est pour moi le symbole des tropiques, des vacances, mais surtout que la nature nous offre de belle richesse naturelle sans même que nous ayons à l’agrémenter ou la cuisiner… c’est un vrai plaisir.

Mon mari partage ton avis ! Il a pu en déguster lors de notre voyage de noces à l’Ile Maurice. Pour ma part, je n’aime pas la noix de coco, du coup, mon petit plaisir, c’était l’ananas Victoria, préparé frais et à déguster les doigts de pieds en éventail sur la plage !

Peux tu nous évoquer une fête traditionnelle et un met qui y est préparé spécialement ? 

Le Cambodge est un pays des plus festifs au monde, il y a toutes les fêtes bouddhiques rythmées par le cycle lunaire; le nouvel an Khmer, la fête incontournable qui est célébrée sur 3 jours afin de marquer la fin de la saison sèche; la fête de l’eau pour l’abondance et la fertilité qu’apporte le Tonlé Sap; et puis, toutes les fêtes liées à l’histoire du pays. 

Pour agrémenter leur tradition les Cambodgiens cuisinent plus particulièrement le curry rouge Khmer, là aussi nos papilles s’en souviennent et sans avoir le feu du curry que l’on peut connaître en Thaïlande. Ce plat ressemble un peu au Amok sauf qu’il est agrémenté de pomme de terre, haricot rouge et aubergines, toujours dans le lait de coco qui est presque un incontournable alors autant l’aimer 😉 

La recette de Sarah – Noam Ango’t Skor

La recette que je vous partage sera sucrée à base de lait de coco (vous vous en doutez) et de riz gluant. Au cambodge, nous ne pouvons pas appeler ça un dessert car il ne consomme pas les plats sucrés comme tel mais plutôt comme un en cas, ou un goûter. Alors à vos cuisines chers amis voyageurs pour découvrir le Noam Angot Skor cuisiné par Sreypeo une Chef de Siem Reap.

Ce dessert simple, composé des deux ingrédients khmers les plus courants, le riz et le sucre de palme. Peuvent être trouvés sur les marchés du pays.Il existe une autre version de forme oblongue, remplie de sucre de palme doux. 

KHMER GOURMET COOKING CLASS

Type de plat : Dessert 
Cuisine : khmer 
Portions : 2 portions

Ingrédients

  • 2 tasses de farine de riz gluant
  • 1/2 tasse de lait de coco
  • 1 pincée de sel
  • 4 morceaux de sucre de palme, cassés en petits morceaux
  • 10 gr de noix de coco râpée (garniture)

Instructions

  1. Mélangez la farine de riz et le sel avec du lait de coco pour obtenir une pâte lisse.
  2. Divisez la pâte de riz collante en boulettes de 60 g.
  3. Aplatir chaque balle avec la paume de votre main. Placez environ 5 ou 6 petits morceaux de sucre de palme au centre de chaque boule.
  4. Étendez sur la pâte de riz collante pour couvrir. En roulant chaque morceau de pâte sur une table, formez une boule nette.
  5. Pochez dans une casserole d’eau frémissante jusqu’à ce que les raviolis flottent à la surface. Cela signifie que les boulettes sont cuites. Retirez avec une cuillère à égoutter.
  6. Servir avec de la noix de coco râpée sur le dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *