#Foodtrotter – L’Ouzbékistan et le Plov par Sherali

Plov et l'Ouzbékistan

Bonjour cher.e.s lecteur.rice.s, je suis heureuse de vous retrouver pour ma série d’articles FoodTrotter, et vous emmener en voyage à travers les traditions culinaires locales. Cette fois-ci, je vous invite à découvrir un pays qui mérite votre intérêt, l’Ouzbékistan. La rencontre avec Sherali m’a donné l’occasion de découvrir ce pays d’une richesse culturelle éblouissante. Le pays regorge de sites d’une beauté spectaculaire et les traditions ancestrales sont autant d’invitation à aller à la rencontre des Ouzbeks.


L’interview FoodTrotter – A la découverte de l’Ouzbekistan

Bonjour, pourrais-tu te présenter en quelques mots ? 

Je suis Sherali, je suis né et ai agrandi aux alentours de la région de Samarkand, en Ouzbékistan, Asie centrale.  Passionné des langues et des voyages, j’ai d’abord appris le français et l’anglais, avant de suivre une formation de guide conférencier dans mon pays.

Ayant arpenté l’Ouzbékistan à plusieurs reprises avec mes voyageurs au fil des années,  j’ai décidé de me lancer dans l’organisation des voyages sur mesures dans mon pays afin de combiner la demande de voyage avec mon expérience de terrain acquis après plusieurs années de guide conférencier.

Sherali - conseiller voyage et guide touristique pour l'Ouzbekistan

Aujourd’hui, étant fin connaisseur de mon pays au bout de 10 ans, j’exerce le métier de conseiller de voyage et de guide au sein d’une agence locale basée dans la ville mythique de Samarkand.

Quelle destination veux-tu nous faire découvrir aujourd’hui ? 

L’Ouzbékistan, pays méconnu situé sur les traces de la grande Route de la Soie.

Khiva (Xiva en ouzbek; خیوه en persan) est une ville d'Ouzbékistan, située au nord-ouest de ce pays dans une oasis à 469 kilomètres de Boukhara1. Son ancien nom, Khwarezm (ou Khorezm, capitale de l'ancienne Chorésmie d'Hérodote), est celui de la région historique dont elle fut la capitale.
Itchan Kala et vue du minaret Kalta Minor, vieille ville de Khiva, Uzbekistan – photo personnelle de Sherali

Depuis combien de temps connais-tu la destination ? 

Je suis natif du pays depuis 30 ans, je le connais dans tous ses détails !

Quelle recette locale aimes-tu recommander aux personnes qui découvrent ta destination pour la première fois ? 

En Ouzbékistan, la cuisine est très variée et change selon les régions. Certains plats sont même uniquement préparés dans une région précise. D’autres plats locaux se préparent de façon différentes façons selon la région. Le plat typique de ce genre s’appelle Plov (ou Osh) qui est préparé à base de riz, de viande de bœuf ou de mouton et des carottes coupées en longues lamelles. Ce plat est préparé à chaque évènement (anniversaire, mariage et même lors des visites d’invités à la maison).

Les Ouzbeks aiment bien manger ce plat et il y a même un joli proverbe qui dit « Si tu restes avec tes derniers sous, mange du plov, si tu vis le dernier jour de ta vie, mange du plov ». Dans les grandes villes, on trouve souvent des restaurants typiques appelés « Osh markazi » (centre du plov) où le plat est préparé en quantité énorme dans de grands récipients.  Selon les traditions locales, les Ouzbeks mangent ce plat dans les grandes assiettes et pour mieux apprécier le goût, il est conseillé de le manger à la main. Cette coutume a tendance à disparaître de nos jours.

Le saviez-vous ? Ce plat est d’après mes lectures un plat proche du riz pilaf que nous connaissons plus communément en France.


Quelle recette as-tu fait ou as-tu goûté qui t’a donné le plus de fil à retordre ?

Lors de mes voyages en France, nous avons préparé avec des amis français ce plat royal ouzbek Plov ou Osh, avec les ingrédients disponibles en supermarché français. Il est tout à fait possible d’utiliser de la viande du bœuf (collier), de l’huile de tournesol ou d’olive (en Ouzbékistan, on utilise de l’huile de coton, de lin et de tournesol), des carottes rouges, du riz combodgien blanc, des épices comme le cumin, le paprika etc… La préparation minutieuse prend entre 1h et 1h30. Ce plat est toujours accompagné par une salade de tomates et comcombres assaisonnée avec de l’aneth.

Quel produit typique de la destination aimerais tu présenter à nos lecteurs et qu’est-ce qu’il évoque pour toi ?

Il est assez rare de trouver des plats ouzbeks sans de la viande, elle est ajoutée à presque tous les repas dans la vie quotidienne. Les viandes les plus consommées ici sont celle de bœuf, de mouton et de poulet. Dans certaines régions, des gens utilisent aussi de la viande de cheval.

grilled-meat-with-smoke
Brochettes de viande « Grilled meat and smoke. » by DeusXFlorida (11,059,330 views) – thanks guys! is licensed under CC BY 2.0

Comme le peuple ouzbek mange beaucoup de viande, de nombreux plats à base de viande.

A travers le pays entier, on trouve différentes délicieuses brochettes de viande hachée, coupée en morceau, roulée etc… qui sont toujours assaisonnées avec des épices et des morceaux de gras de mouton, ce qui donne un goût exquis. Elles sont servies habituellement avec des oignons au vinaigre qui aident à mieux digérer la viande.

Ouzbékistan
photo personnelle de Sherali

Peux-tu nous évoquer une fête traditionnelle de ta destination et un met qui y est préparé spécialement ? 

Il y a plusieurs fêtes traditionnelles célébrées dans le pays mais l’une d’entre elles est la fête de Navrouz (Nouvel An du monde oriental, jour de l’équinoxe). Elle est célébrée le 21 Mars chaque année et est considérée le début de nouvel an avec l’arrivée du printemps. Autrefois, c’est après la célébration de cette fête que des paysans commençaient à travailler la terre et à semer leur culture. Actuellement cette fête est célébrée au niveau national et plusieurs activités s’organisent autour de cette date, le 21 Mars.

L’un des plats préparés uniquement à cette occasion est appelé Sumalak « quarante ange ».

Les ingrédients principaux du plat sont :

  • du blé germé préparé en avance
  • de la farine
  • du beurre et d’autres

La préparation du plat exige la participation de plusieurs personnes et traditionnellement, les voisines se mettent ensemble pour le faire. C’est une occasion pour elles, de se réunir et de commencer la fête. Le processus de préparation se déroule sur 24 heures en général : Il faut d’abord écraser du blé germé vert pour en extraire son jus. Ensuite, ce jus est mélangé avec du beurre et de la farine avant de commencer à faire bouillir ce jus dans de grands récipients. Il faut remuer le jus dans le récipient pour ne pas que cela touche le fond. Pendant ce temps, les femmes partagent des danses tout au long de la nuit, c’est un moment de partage joyeux entre voisines.

Selon la légende, le plat « Sumalak » aurait été inventé autrefois par une femme en début de printemps. Elle n’aurait rien eu à préparer pour ses enfants et elle aurait écrasé du blé germé vert de son jardin puis aurait récupéré le jus. En mélangeant ce jus avec un bol de farine qui lui restait et en le faisant bouillir dans un récipient avec du beurre. En remuant du plat, elle se serait endormie et des anges seraient descendu du ciel et auraient remué le plat à sa place. Le matin, elle aurait vu un plat délicieux, prêt à être dégusté et l’aurait appelé Sumalak ou quarante anges. Depuis, cette recette traditionnelle est préparée uniquement à l’occasion de cette fête.  

Merci !!! 

La recette du Plov

Je vous propose de découvrir la recette du Plov en vidéo, grâce à Sarah et sa chaîne Youtube ! Bon appétit 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *