#Foodtrotter – La Belgique et les speculoos par Aurélie du blog Sauts de Puce

Speculoos et Belgique

Cette semaine, pour ma série FoodTrotter, Aurélie, du blog Sauts de Puce vous emmène dans une région que j’affectionne particulièrement : la Belgique.

Je connais bien ce pays pour avoir vécu plusieurs années tout prêt de là, à Lille, à l’époque de mes études. J’ai donc eu souvent l’occasion d’y faire des incursions, notamment à Tournai. Le voyage que nous propose Aurélie me ramène donc avec une pointe de nostalgie quelques années en arrière 😉.

L’interview FoodTrotter – En route pour la Belgique !

Bonjour, pourrais tu te présenter en quelques mots ?

Aurelie Blog Sauts de Puce

Bonjour ! Je suis Aurélie du Blog Sauts de Puce, une petite belge, passionnée par le voyage et la photo.

Je blog modestement depuis quelques années. Et voilà 2 ans (le temps passe vite !) que je partage aussi mes expériences en podcast sur « Partir un jour » en tandem avec mon compagnon.

Quelle destination veux tu nous faire découvrir aujourd’hui ?

J’ai décidé de vous emmener chez moi :  en Belgique ! Un petit pays qu’on connaît surtout pour « le chocolat, la bière, les frites, Bruxelles, et Bruges »… Mais qui est finalement loin de se résumer à ça.

En ce moment je redécouvre beaucoup ma propre région : Liège.

Liège – Photo Aurélie Peché

Il faut dire que j’ai fait une sorte de crise d’adolescence du voyage un peu tardive… et pendant un bon moment j’ai boudé sans vraie raison tous ces endroits supers intéressants et juste à côté de chez moi.

Heureusement, j’ai mûri, et maintenant j’essaye de rattraper mon manque de connaissances sur ma région !

Depuis combien de temps connais tu la destination ?

Vu que j’y ai toujours vécu et que je suis trentenaire, faites le calcul.

Quelle recette locale aimes tu recommander aux personnes qui découvrent ta destination pour la première fois ?

LA recette de la région de Liège ce sont les « boulets à la liégeoise« . Ce sont des boulettes de viande avec une sauce sucrée/salée… Servies évidement avec les frites nationales.

Boulets à la liégeoise – Photo Aurélie Peché

Et quelques restaurants commencent à proposer une version végétarienne ! Une très bonne nouvelle pour ouvrir cette recette à tous.es !

Note : on peut aussi retrouver ce plat sous le nom de « boulets sauce lapin » ou « boulets sauce chasseur », je peux assurer que ni lapins ni chasseurs sont inclus dans la composition du plat !

Bonus video : voici la version de la recette des boulets à la liégeoise animée par le chef Damien du fameux site 750g !

Quelle recette as tu faites ou as tu goûtée qui t’a donné le plus de fil à retordre ?

Mon premier grand échec culinaire a été le jour où j’ai décidé de faire des nems vietnamiens.

Nem rán. – Photo par gildemax

Je ne sais toujours pas où je me suis plantée, mais j’ai obtenu des choses informes, ultra grasses… même la farce était loupée.

Mais j’ai repéré un resto vietnamien qui propose des cours de cuisine, je compte bien aller prendre ma revanche !

Quel ingrédient magique ramènerais tu dans ta valise en rentrant en France ? 

J’allais dire de la cassonade brune, mais visiblement on en trouve en France sous le nom de vergeoise brune…

Du coup, du sirop de Liège !

Alors précision importante, le sirop de liège ça n’est PAS une variante du sirop d’érable avec des chênes liège.

Ça n’a absolument rien à voir avec ces arbres et le nom vient bien de la ville de Liège.

Sirop de Liège sur une tartine – Photo par Les Meloures at lb.wikipedia
Daggi.

Il s’agit d’un sirop issu d’une réduction de pommes et de poires. Ça a un gout assez unique, légèrement acidulé.

Bref, avec cet ingrédient, c’est l’occasion de faire ses propres boulets !

Sinon, comme à la base c’est un sirop tartinable, on peut le manger simplement sur du pain… Avec ou sans fromage.

Il se marie très bien avec des fromages forts (comme le fromage de Herve)… mais aussi avec de la « maquée », un fromage à pâte fraiche.

D’ailleurs du sirop de liège sur de la maquée, c’est un association connue populairement et ça a un nom en wallon : du stron d’poye (ce qui signifie littéralement « caca de poule », à cause des couleurs de… bref… vous avez compris…#laClasse).

Quel produit typique de la destination aimerais tu présenter à nos lecteurs et qu’est-ce-qu’il évoque pour toi ?

Le lacquemant.

Ce sont des galettes fourrées avec un sirop aromatisé à la fleur d’oranger que l’on ne trouve traditionnellement que durant la foire d’octobre.

Lacquemant - Spécialité liégeoise, un incontournable de Belgique
Lacquemant – Photo par Ibu

De nombreuses personnes vont sur le champ de foire dans le seul but d’aller acheter ces friandises.

C’est d’ailleurs devant les stands qui en vendent qu’il y a les plus grandes files !

Si on peut les prendre à l’unité à déguster de suite, la plupart des gourmands les achètent en boîtes de 6. Certaines personnes font aussi des stocks pour l’année en remplissant leur congélateur.

Aujourd’hui, on en trouve également sur les marchés de noël, et une boutique a ouvert dans une rue du centre ville… Mais la plupart des liégeois continuent d’en acheter uniquement durant la foire !

Chaque année en septembre on guette l’arrivée des forains avec gourmandise !

Pour moi ça évoque beaucoup de souvenirs… Les rares sorties sur la foire bien sûr, mais aussi parfois le soir mon papa rapportait une boite de lacquemants quand son travail l’amenait à Liège.

Puis des débats enflammés pour savoir si oui ou non il faut les réchauffer avant de les manger… Mais surtout des moments cosys à la maison passés à en déguster religieusement.

Peux tu nous évoquer une fête traditionnelle de ta destination et un met qui y est préparé spécialement ?

La Potêye d’crolèye djote di Crås Mårdi po n’nin èsse magnî dès mohètes !

Traduction : La potée de chou frisé (ou chou Kale) du mardi gras pour ne pas être mangé des mouches.

Il y a quelques grands carnavals dans la région, ça n’est pas une fête traditionnelle propre à la Belgique et à Liège, on est bien d’accord, mais ça reste de grandes festivités dans le coin.

La potée al djote, est vraiment LE plat traditionnel du mardi gras dans la région. La signification de l’expression qui l’accompagne, « pour ne pas être mangé des mouches », est par contre assez floue…

Faut-il manger les choux avant le redoux du printemps et que ces derniers pourrissent et soient mangés par les insectes ?

Faut-il manger des choux pour se redonner des vitamines avant le carême ?

Une recette à partager : des spéculoos maison

Parce que, évidemment, des vrais spéculoos, ça n’a RIEN à voir avec les machins qu’on distribue pour accompagner le café !

Speculoos, spécialité de Belgique
Speculoos – Photo La Cuisine dAgnes


Pour un meilleur résultat, il faut préparer la pâte la veille et la cuire le lendemain.

Ingrédients

Pour la pâte :

  • 200 g de beurre à température ambiante
  • 2 œufs
  • 500 g de farine fermentante
  • 250 g de vergeoise brune

Pour le mélange d’épices :

  • 1 c. à café de cannelle
  • 0.33 c. à café de noix muscade
  • 0.25 c. à café de gingembre en poudre
  • 0.25 c. à café grains de coriandre
  • 1 clou de girofle

Instructions :

  1. À l’aide d’un pilon, écraser les grains de coriandre et le clou de girofle.
  2. Mélanger le beurre avec la vergeoise et les œufs.
  3. Incorporer la farine et les épices et pétrir jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  4. Emballer la pâte et la laisser reposer au réfrigérateur, si possible, jusqu’au lendemain.
  5. Une fois la pâte reposée, préchauffer le four à 180°C.
  6. Faire un rouleau avec la pâte et détailler des ronds, ou l’aplatir et découper des biscuits à l’aide d’emportes pièces. (Personnellement je fais des biscuits entre 1cm et 1.5cm d’épaisseur)
  7. Faire cuire au four préchauffé, sur du papier cuisson, environs 25 minutes.
  8. À la sortie du four, laisser reposer les spéculoos 5 minutes avant de les retirer de la plaque.

Note : Libre à vous d’ajouter des amandes effilées, ou autres fruits secs à la pâte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *